Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 14:17
Idées pour un programme politique concerté

Alors que le duel des deux candidats présidentiables fait rage dans les médias voici une proposition pour développer les territoires ruraux, en phase de dévitalisation sociale, enclins à donner leur voix à la brave Marine le Pen leur porte-parole.

Afin d'aider les ruraux à endiguer l'agression des cervidés dans leurs jardins et potagers je suggère une nouvelle animation mêlant développement économique et social.

Le jeu consiste à repérer les auteurs des délits qui privent les pauvres populations locales du fruit de leur labeur gagné à la sueur de leur front. Détruisant tout bourgeon et plantations où ils posent leurs pieds et fins gourmets museaux les ongulés peuvent être à l'origine du fossé qui fracture la France électorale en deux parties distinctes, image miroir du découpage de la France industrielle en 1958. .

 

Les outils à acquérir sont bien évidemment les drones. Imaginons quelle pourrait être cette nouvelle activité ! Les battues ne se feraient plus avec les fusils mais des caméras et filets pour capturer et déplacer les fautifs sur des parcelles devenues leur nouveau paradis. Ces "zones cervidés concertées" leur offriraient mêmes leurs cultures favorites que sont les odorants et suaves boutons de roses ou les goûteux petits pois etc. De fait les activités induites seraient multipliées, du repérage à la relocalisation.

Pourquoi ne pas élargir cette activité aux autres ennemis des jardins et potagers péri-urbains  ? Les possesseurs citadins, habilles manipulateurs de drones, peuvent préparer de futures périodes rurales captivantes. Les nouveaux safaris nationaux pour le bien être de tous. Ce à quoi aspire tant le peuple en manque de solidarité et fraternité !

Dans un autre registre et pour pallier aux problèmes liés à la mondialisation pourquoi ne pas inventer une monnaie globale pour les transactions commerciales internationales et une monnaie locale pour les échanges locaux ? La langue universelle existe déjà, elle s'appelle esperanto, un bien beau nom que l'on aimerait pratiquer plus souvent si l'hégémonisme anglophone ne faisait pas la loi avec ses petro-dollars !

Patricia Régnier

Repost 0
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 15:16
sauf erreur il semblerait que la table soit dans le palais présidentiel qu'Erdogan a fait construire dans le vaste programme de construction dont le pont sur le Bosphore. L'emblême est celui de l'empire ottoman que de nombreux Turcs se revendiquant "loups gris" arborent
sauf erreur il semblerait que la table soit dans le palais présidentiel qu'Erdogan a fait construire dans le vaste programme de construction dont le pont sur le Bosphore. L'emblême est celui de l'empire ottoman que de nombreux Turcs se revendiquant "loups gris" arborent
sauf erreur il semblerait que la table soit dans le palais présidentiel qu'Erdogan a fait construire dans le vaste programme de construction dont le pont sur le Bosphore. L'emblême est celui de l'empire ottoman que de nombreux Turcs se revendiquant "loups gris" arborent
sauf erreur il semblerait que la table soit dans le palais présidentiel qu'Erdogan a fait construire dans le vaste programme de construction dont le pont sur le Bosphore. L'emblême est celui de l'empire ottoman que de nombreux Turcs se revendiquant "loups gris" arborent

sauf erreur il semblerait que la table soit dans le palais présidentiel qu'Erdogan a fait construire dans le vaste programme de construction dont le pont sur le Bosphore. L'emblême est celui de l'empire ottoman que de nombreux Turcs se revendiquant "loups gris" arborent

Voilà près de vingt ans que je désespère des historiens pour leur manquement déontologique à nous accompagner dans les imbroglios contemporains déconcertants. Manque dû à des grilles de lecture fiables. Les précédents articles ont abordé la notion d'historicité pour trouver et donner le sens qui fait tant défaut en ces périodes d'anarchie, par définition imprévisibles, si ce n'est celui du chaos.

Les propos du professeur d'histoire à Istanbul Edhem Eldem à l'émission cultures monde de France culture  ne sont pas pour rassurer. Ce spécialiste de l'Empire Ottoman s'offusque, sur ton limite agressif, de ceux qui voient dans la politique actuelle turque une réminiscence de l'ancienne organisation musulmane. Ils les accuse de ne rien comprendre à ce qu'est l'Empire Ottoman. Argument en béton que pourtant je m'empresse à démonter n'en pouvant plus de tant d'absurdité de la part d'intellectuel soi-disant aptes à devenir nos aiguillons. Quelle médiocrité d'analyse au ras des pâquerettes. Du moins le schéma d'analyse n'intègre qu'une partie des problèmes récurrents.

Les analystes ne réfléchissent que dans un cadre institutionnel. Oublient le pan entier d'un monde souterrain ou parallèle, invisible. Celui du blanchiment et recyclage des biens acquis par les mafias. En Turquie elle ne se cache pas. Un groupe politique les représente partout, MHP au parlement et gouvernement, loups gris sur le terrain de guerre et pans entiers de l'économie dont le sport avec sa tête de proue Sedat Peker. Les policiers agressifs et répressifs sont d'après moi des membres de cette quasi secte. Le risque est que l'associé de l'AKP ne soit plus contrôlable comme cela se profile sur le terrain à Al -Abab où loups gris, rebelles et EI présentent un piètre tableau de l'anarchie dans le bain de sang annoncé que j'avais caricaturé au mois d'août (lien à venir, je le recherche le voici)

Les images du haut donnent une réalité actuelle du président Erdogan sous l'emblème de l'Empire Ottoman. Je n'ai pas la confirmation mais il semblerait qu'il soit dans son sompteux palais présidentiel construit récemment comme les autres grands travaux entrepris par ce que certains jugent démesuré. Je vous épargne les nombreux comptes twitter d'amis de la mafia des loups gris, tous arborent fièrement leur revendication. Si vous voulez assouvir votre curiosité taper Sedat Peker dans le moteur de recherche twitter par exemple, vous ne serez pas déçus. par exemple, capture d'écran insérée dans cette entrée

L'argument de l'historien turc est que les 16 états de l'ex empire turc n'en font plus partie, c'est donc mal connaître l'Empire Ottoman. Bien évidemment que lorsque l'on parle d'Empire Ottoman actuel il ne s'agit pas de limites territoriales anciennes mais celles symboliques que s'imagine la pensée turcophile..

La nostalgie, fil rouge de la radio france culture de la semaine, est avant tout un concept intellectuel. Les leaders turcs s'inspirent non seulement de l'idéal Attaturk de la grande Turquie mais aussi rêvent d'un nouvelle emprise turque qu'elle soit européenne ou mondiale.Leur réseau et lobby s'y emploient dans tous les secteurs et institutions. Le plus souvent dirigés par des juristes. La justice objectif premier, arriver à imposer l'Islam à tout prix. La Paix n'est pas leur souci, elle serait même un obstacle à leur projet d'où la stratégie de la tension terroriste et son paroxysme du 11.09.01 date anniversaire importante pour la chute de l'Emire Ottoman en Autriche. Mais cela passe au dessus de la tête de l'intellectuel historien trop occupé à partager l'ambition architecturale du nouveau sultan que RT Erdogan veut incarner en s'affichant majestueusement sous le nostalgique emblème ottoman. Un institutionnel qui caresse le pouvoir dans le sens du poil de peur, inconsciemment ou non, de finir en prison comme tous les contradicteurs ou audacieux polémistes.

Cet idéal s'accompagne de son pendant l'islamisation du monde par la oumma via les frères musulmans, la rabia et Ikhwan. J'ai déjà évoqué la question dans les précédents articles. Je réviserai celui-ci ultérieurement pour préciser ma pensée, exemples concrets à l'appui. Cet inventaire est primordial pour comprendre l'indicible et éviter sacralisation du chaos qui se produit inévitablement comme l'explique Jean Pierre Dupuy en sacralisant la terreur faute de la comprendre Ce que les auteurs islamistes maîtrisent à merveille en ralliant les islamologues convertis à leur cause, le plus souvent dans les universités, meilleur outil de propagande inscrit dans leur stratégie..

Ne laissons pas la bêtise se sacraliser faute de comprendre ce que cachent les mots parce que les intellectuels réfléchissant dans des cadres institutionnels ne peuvent voir et savoir.

Sur l'auteur lire sa position sur le refus du génocide arménien par les Turcs.  

Edhem Elden sur la négation du génocide arménien par la Turquie

dernière mise à jour le 29 décembre à 6H

Repost 0
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 12:43
Stratégie pour empêcher le retour de l'obscurantisme

En contre-pied au précédent texte je veux démontrer à quel point il est important d'afficher un projet de société clair le flou ayant permis à l'Etat Islamique de s'imposer en Irak comme le regrette trop tard les sunnites irakiens Que cela serve de leçon pour ne pas recommencer.ni laisser faire, ce qui est malheureusement le cas.

Non que l'avancée du progrès scientifique soit l'unique germe d'un projet sociétal vers lequel nous tendons tous, mais trop peu de peuples le comprennent. Une phobie qui fait surgir les attentes apocalyptiques des textes religieux que ceux qui en vivent ont intérêt à cultiver et que à mon sens, le GIEC accentue au lieu d'atténuer. Pour faire simple, la communication globale entretient le fonds de commerce de l'obscurantisme.

N'est-ce pas le reproche qui est fait à l'establishment malhonnête que représenterait, selon la rumeur facebook, Hillary Clinton présidentiable déçue des dernières élections américaines ? C'est bien l'image écornée d'un projet clairement définie au-dessus des vils intérêts financiers qui intéressent les peuples. Pourtant l'homme d'affaire a encore 75 affaires à régler avec la justice dont des abus de confiance. Mais il affiche une réussite flamboyante et sa dynastie reprend le flambeau. J'entends que l'on aurait repris l'un de mes rapports de stage préconisant la localisation des activités économiques, or en même temps une enquête explique pourquoi les grands groupes choisissent de s'installer en Turquie, entité qui a le vent en poupe et tient les rênes socio-économiques pour mener à bien son vaste projet ottoman du tamkin mondial.

Autant d'incompréhension qui laisse libre champ à des professionnels de la communication comme Donald Trump président des Etats Unis nouvellement élu. C'est bien une guerre médiatique qui prend le pouvoir, la guerre sur le terrain s'éternisant au Moyen Orient notamment où la Turquie joue encore un rôle majeur. 

Donald Trump n'est peut-être pas un spécialiste des arcanes étatiques mais il sait maîtriser la communication et entend démontrer sa domination sur le sujet. Pour l'instant sa bonne étoile lui aura servi. La Turquie toujours protégée à l'OTAN par des militaires républicains ayant soutenus Donald Trump, comme Michael Flynn, le sera-t-elle encore longtemps. L'avenir nous le dira, mais il est vrai que sa position privilégiée pourrait en pâtir ne serait-ce que sur la question de relocalisation de Procter & Gamble. L'entreprise aurait par contre à souffrir de l'augmentation des taxes que ce projet rendrait à l'économie américaine.La corde des frères musulmans hissera-t-elle toujours ses glaives sur les armoiries des organisations américano-ottomanes comme présenter plusieurs fois dont dont le logo US AFCENT au bas de page ici ? 

Si le nouveau président des Etats Unis fait passer sa conviction religieuse, qui semble lui tenir à coeur, avant les considérations financières il y a fort à parier que sa piété profonde lui servira de projet et qu'il le mènera à terme. Cela voudrait dire qu'il est un homme déterminé contrairement aux commentaires médiatiques qui le décrivent comme imprévisible et sans consistance. Ce jugement au faciès pourrait voler en éclat ainsi que celui de son épouse jugée fade et sans personnalité. Leur projet ne serait-il pas comme celui de milliards de famille, mener à bien un idéal, en être fier et l'afficher aux yeux de la planète comme l'indique Régine Mahaux photographe de la famille. http://www.rtl.fr/actu/international/victoire-de-trump-il-a-toujours-ete-un-homme-spontane-super-professionnel-7785693336 Mélanie très travailleuse est tout sauf une femme effacée. Décidément les médias comprennent rien au monde dans lequel ils vivent. Enfin je veux dire le monde réel, car pour ce qui est des apparences il n'y a pas de souci. Mais là encore le maître Donald Trump leur a montré qui est le plus fort. Lui si méticuleux a négligé aucun détail. Et il a gagné. Non Donald Trump n'est pas un homme indécis qui change d'avis et ne se souvient plus de ce qu'il a dit trois minutes avant comme le présentaient les médias. S'il change d'avis c'est parce qu'il s'adapte aux situations. L'adaptation, qualité déjà relevée comme étant absente des valeurs de l'Islam. Peut-être un indicateur pour analyser où les médias ont pêché par excès d'islamocentrisme défini le 1er novembre 

Le projet islamocentrisme serait-il mis en échec par le trumpisme ? En tous cas les éléments montrent qu'il ne peut se passer de la féminité dans ses activités professionnelles.  

Ce qui me faisait ouvrir ce nouveau titre est la rubrique de Géraldine Mosna Savoye à 45'52 à la fin de cet intéressante interview de Georges Didi-Huberman par Adèle Van Reeth en partenariat avec cité philo de Lille. Qu'est l'autorité devenue philosophait Hannah Arendt au lendemain de la seconde guerre mondiale, question qui revient aujourd'hui car elle a disparu du monde moderne. 

Le réalisme de Benoît Hamon qui note la forme d'impuissance volontaire de la présidence "on singe la puissance et le pouvoir, en fait on laisse faire" à 48:48. Il est bien ici question de manque de projet qui rend l'autorité vide de sens et la fait disparaître comme l'analysait Hannah Arendt reconnaissant que l'autorité n'avait pas disparu mais toute forme d'autorité avait eu tendance à s'écrouler sous le totalitarisme. Pour ma part le totalitarisme ottoman qui inspira Hitler n'est pas étranger à la crise d'autorité actuelle comme tous les articles précédant ont tenté de le démontrer. Le projet tamkin est si fort qu'il devient autorité du projet islamocentré. Mais il avance caché ne l'oublions pas et comme la question sur l'autorité de l'Etat posée à la fin de l'article sur l'islam politique le suggérait (voir sous la photo tamkin ajoutée hier), il s'agit bien de crise d'autorité de l'Etat soit par excès de naïveté soit par complaisance lucide à une république islamocentrée.

Géraldine rappelle qu'Hannah Arendt se référait a l'autorité romaine qui fait la différence entre les gouvernants et gouvernés.

En 2012 Hollande avec sa stratégie du "président normal" en définissant celui qui sans se fonder sur la persuasion ou la force domine les raisons parce qu'il en a les clés à la façon de Platon et qui prend en charge les affaires courantes comme l'aurait dit Aristote établissait la différence entre les gouvernants et les gouvernés. 

En président normal qui a fait autorité le président Hollande a sur rendre autoritaire la normalité à défaut de normaliser l'autorité. Or il change de cap en annonçant désormais que le pays doit se lever, tenir debout et parler au monde. Echec à aller jusqu'au bout de la métamorphose normale et attendue de l'autorité qu'il avait entreprise, à gouverner  à faire la distinction entre dirigeant et dirigés à présenter une autorité impersonnelle mais non pas impuissante,normale non moins créatrice.

Conseil de Géraldine lire Hobbes dans le Léviathan pour une sage distinction entre auteur et acteur, le peuple représenté et le chef qui l'incarne. De quoi dégonfler la normalité et redonner sa place à l'autorité. 

Pour ma part le laisser faire remarqué par Benoit Hamon relève de la même question sur le pourquoi laisser le projet tamkin se propager. Une dérive de l'autorité qui laisse faire et fait se lever la frange de la population qui adhère à l'idéal islamocentré mais rend réfractaire celle qui le refuse et le combat. Un dirigeant sans projet part à la dérive et rend l'autorité vide de sens, il expose au totalitarisme. L'analyse en négatif d'Hannah Arendt car le processus est inverse, mais il est bien le même qui a mené à la seconde guerre mondiale et déclenché la troisième depuis la fin des années 90 dans les Balkans toujours pour le même projet Tamkin ottoman.

En supplément a ces réflexions je recommande le début de l'enregistrement notamment les lumineuses explications de Georges Didi-Huberman de "l'image est un acte" "le regard un autre acte" ce qu'il fait qu'il n'y a jamais une image mais plusieurs car le regard est en mouvement, quand il revient sur l'image il en voit une autre, toujours provisoire. De même le terme peuple a plusieurs sens selon qu'il est prononcé par Goebbels ou Bertolt Brecht . Le montage d'images est important de même que les phrases pour les mots. Autant de mensonges que d'images immondes autour de nous mais nous continuons à parler. Ce qui intéresse l'historien philosophe est la  pratique éthique des images en politique la bonne pratique du regard ce que Guy Debord n'évoque pas. Ecouter à partir de 35'26 et 36'04 explication de l'éthique à l'image. Le recadrage montre que la photo a été prise de l'éxtèrieur cela veut dire qu'un nazi a pris la photo mais le cadre autour avec le pas de la porte est crucial car il montre que celui qui a pris la photo se cachait pour la prendre. 

Les théologies de nos jours ne sont presque plus iconoclastes même si l'Islam maintient l'inverse, y compris daech devenu cinéaste propagandiste, Tout bon musulman désormais a sa chaîne youtube génératrice de subsides que les outils du grand Satan Occident lui permettent de générer, parfois lucrativement pour les comptes à audience dépassant 300 000 vues (ne craignent-ils pas le courroux de leur dieu qui interdit les images ?).

C'est bien l'iconographie qui tire l'économie des religions et politiques. Le projet du tamkin l'a bien compris et instrumentalise les outils des mécréants pour asseoir son autorité en toute légitimité et en douceur comme le fit Erdogan.

Patricia Régnier

 

 

 

moment de détente

Repost 0

Présentation

  • : climat-soleil évolution
  • climat-soleil évolution
  • : Le climat, enjeu mondial majeur, de lui dépendent les conditions de notre environnement. Les gaz à effet de serre sont le produit de l'activité humaine et de celle produite naturellement via l'activité solaire Plusieurs éléments convergent pour pousser les études sur ces interactions qu'un physicien retraité jugeait essentielles (il avait le diagnostic mais pas la méthode). C'était aussi le cas d'un chercheur bordelais du 20° siècle. Vous découvrirez leur nom au travers les liens et articles du blog. Le Nouveau Colosse Pas comme ce géant d’airain de la renommée grecque Dont le talon conquérant enjambait les mers Ici, aux portes du soleil couchant, battues par les flots se tiendra Une femme puissante avec une torche, dont la flamme Est l’éclair emprisonné, et son nom est Mère des Exilés. Son flambeau Rougeoie la bienvenue au monde entier ; son doux regard couvre Le port relié par des ponts suspendus qui encadre les cités jumelles. "Garde, Vieux Monde, tes fastes d’un autre âge !" proclame-t-elle De ses lèvres closes. "Donne-moi tes pauvres, tes exténués, Tes masses innombrables aspirant à vivre libres, Le rebus de tes rivages surpeuplés, Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête me les rapporte Je dresse ma lumière au-dessus de la porte d’or !" 'Le Nouveau Colosse' de Emma Lazarus (1849-1887) poétesse pour la donation à la statue de la Liberté érigée à New York.
  • Contact

L'eau

Recherche

Texte Libre

 

http://www.ehabich.info/images/synchro/whole_earth.jpg